Nombre total de pages vues

jeudi 15 décembre 2011

GALTON ET MALTHUS : CRIMINELS

UNESCO = unESCROCS
L'eugénisme est de tous les temps et de partout, à Spartes par exemple, tous les enfants nouveaux nés étaient présentés à un conseil de sages et les enfants déclarés mal formés étaient tués. En Europe, les nobles se mariaient entre eux "pour garder le bon sang"

Ayez enfin de quoi d'intelligent à raconter lors de vos rencontres en famille, à vos ami(es)
http://nsa28.casimages.com/img/2011/12/16/111216031305589046.gif
Étonnez-les et corrigez les mensonges de cette Histoire des bandits

DES PREUVES DE L'EUGÉNISME
ACTUELLEMENT ET MONDIALEMENT
http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/09/110909092430333552.gif
Plus grave ! Le fait qu’on n’arrive pas à sauver les 8 millions d’enfants qui meurent tous les ans parce qu’ils n’ont pas accès à l’eau potable, est une négligence criminelle, la honte de nos sociétés riches du Nord.

L'avortement actuel est sujet à des dérives (avortement pour un oui ou pour un non, parce que c'est un garçon ou une fille...)

Dès la fin du XIXème siècle, des voix s'élèvent en Angleterre pour demander la stérilisation des sujets porteurs de défauts. Au début du XXème siècle, des états américains votent des lois en faveur de la stérilisation des fous et des criminels; des savants anglo-saxons se réunissent à Londres pour définir les moyens de lutte contre la prolifération des autres races, qui pourraient mettre en danger la race blanche.

L’écologisme profond voit dans les humains une espèce qui met en danger le bien-être de notre mère la Terre ou Gaia. Le Club de Rome dans les années 60 avait été à l’origine de ce mouvement écologiste qui voyait dans l’explosion démographie une sorte de fin de monde qu’on ne pouvait enrayer qu’en freinant le développement (et donc en maintenant les peuples du Sud dans leur état de dépendance pour que les pays riches puissent exploiter leurs richesses naturelles.
Les écolos inconscients du WWF ou de Greenpeace qui nous parlent du bonheur des générations futures comme Staline ou Hitler.....

Dans le cas du DDT et de son interdiction après l’éradication du paludisme aux Etats-Unis grâce à cet insecticide efficace, certains parlent également d’un génocide technologique voulu par les Américains pour se protéger de l’explosion démographique au Sud.

John Keynes, auteur de la doctrine keynésienne sur le rôle de l’Etat, croyait fermement à l’eugénisme Galtonien, qu’il considérait comme la branche la plus importante de la sociologie. Théodore Roosevelt n’avait pas peur de dire : » La société ne doit pas permettre aux débiles mentaux de se reproduire ». Les critères pour définir la débilité mentale étaient évidemment d’un flou extrême. Dommage qu’ils n’ont pas été appliqués à certains de ses successeurs à la Maison Blanche.
Les Spartiates avaient une solide réputation d’eugénistes. Les nouveaux-nés passaient un examen extrêmement rigoureux. Tous ceux qui montraient les moindres signes de déformation ou de faiblesse étaient tués. Aussi Hitler était-il plein d’admiration pour eux.
C'EST GRAVE EN FRANCE
En France la Cour de Cassation vient de donner raison à des parents d’un enfant handicapé qui ont traduit en justice le médecin qui n’a pas pu déceler une rubéole chez sa mère. La naissance d’un handicapé a été reconnue comme délit passible de condamnation.

Sous le régime nazi la compagnie de chimie allemande I.G. Farben et la Rockefeller’s Standard Oil étaient une seule et même compagnie.

Cet eugénisme a essentiellement été pratiqué par des médecins, aidés de généticiens. Dr Charles Wurster, responsable scientifique du Environmental Defence Fund affirme sans sourciller « que de toute façon cet excédent de la population dans les pays pauvres doit disparaître ». Le Dr Van den Bosch de l’University of California s’étonne de l’intérêt que l’on porte à tous ces enfants de couleur dans les pays pauvre. ET CES MÉDECINS DÉCLARENT: « Sans contrôle des naissances, il n’y a pas de développement possible »..... On retrouve la même thématique dans le discours de l’UNESCO, de l’UNICEF, de l’OMS, de la FAO.

Angleterre, à la fin du XVIIIème siècle. En 1798, Thomas Robert Malthus, pasteur anglican né en 1766 et décédé en 1834, publie un Essai sur le principe de population. En résumé, si je lutte contre les inégalités sociales, je vais à l'encontre de la volonté de Dieu. C'est la raison pour laquelle Malthus s'oppose à la loi paroissiale d'aide aux pauvres existant à son époque. Elle est néfaste et doit être supprimée car elle s'oppose à la nature même des choses et donc à la volonté de Dieu. L'homme ne peut qu'être égoïste, il doit être égoïste: penser aux autres, partager avec eux, c'est les aider à survivre, à être imprévoyants et donc à se marier et se reproduire. Une charité peu réfléchie encourage les faibles, les pauvres, les inadaptés à avoir des enfants. Elle aide ces enfants mal formés, non instruits, à vivre, survivre et se reproduire. La fécondité des pauvres étant plus élevée que celle des classes sociales plus instruites, à terme, les pauvres risquent d'être par leur nombre une menace pour les classes instruites. Le même phénomène risque de se produire au niveau des nations.

En 1921, le Council on Foreign Relations a été fondée par les Rockefeller mondiaux d'esprit et d'autres individus semblables.

OXFAM : ONG britannique
L
a croissance économique y a plus que doublé entre 1990 et 2005 mais que le nombre de personnes souffrant de la faim a augmenté de 65 millions.

Mozart, Einstein, Lincoln, Mendelssohn, etc, qui ont beaucoup apporté à l'humanité et n'auraient pourtant pas franchi les étapes de sélection imposées aujourd'hui en France aux êtres humains avant leur naissance


L'idée d'eugénisme, en recul depuis la dernière guerre, est en train de revenir, on parle de progénisme, de « bon » eugénisme, d'empêcher la naissance d'enfants malades.

Février 1919 : Dans la revue Birth Control, Margaret Sanders crée le mythe de la surpopulation mondiale. Elle écrit : "Nous qui prônons le contrôle des naissances... nous insistons sur l'arrêt de la reproduction des inaptes, mais aussi sur l'arrêt de toute reproduction là où il n'y a déjà pas assez de moyens économiques pour prendre soin de ceux qui sont nés en bonne santé... Nous affirmons que le monde est déjà surpeuplé". Cette idée sera reprise après la seconde guerre mondiale, notamment par l'UNESCO. L'UNSECO poursuit la guerre ''HITLER''..... 16 novembre 1945 : Fondation de l'UNESCO : Son premier secrétaire Julian Huxley est aussi un ex-président de la Société Eugénique anglaise.

1933 : Publication de "La stérilisation sélective" de Léon Whitney. 1939 : La ligue américaine pour le contrôle des naissances devient la Fédération Américaine pour le contrôle des naissances.
1942 : La Fédération Américaine pour le contrôle des naissances, change encore de nom et devient l'IPPF, International Planned Parenthood Federation, fédération internationale pour la parenté planifiée. C'est cet organisme qui va promouvoir dans tous les pays le Planning Familial, dont les objectifs eugénistes sont inchangés de sa création en 1919 par M Sanders

Les mesures eugénistes appliquées à l'échelon de politiques ethniques ou raciales ont été souvent observées dans l'histoire millénaire et que l'eugénisme est vu comme un moyen de développer les "bonnes" ethnies et d'éliminer les "mauvaises". Mais, la notion de génocide ne se limite pas à ces considérations ethnoraciales.


Accélérer la mort des vieillards dans les hôpitaux, c’est de l’eugénisme.... Or seule la personne qui vit sa propre histoire est à même de juger la « valeur » de sa vie.

On l'a souvent dit, et non sans raison : l'eugénisme a changé de boutique avec la fin du nazisme.

Les EUGÉNISTES ont toujours 2 politiques contradictoires..... ''Nous sommes des 2 côtés'' se donnent comme mission les Jésuites d'être partout

Renforcée de ces doctrines, la British Eugenics Society fut créée en 1908 et est maintenant connue sous le nom de Galton Institute a Londres, tandis qu’aux Etats-Unis, l’American Eugenics Society voyait le jour en 1922; en 1972, sous l’égide des Fondations Rockefeller et Carnégie, elle changea de nom pour devenir la Society for the Study of Social Biology. Des 1913, la Fondation Rockefeller finança les programmes eugénistes américains ainsi que la Société Eugénique Française en 1912. Cette même Fondation Rockefeller finança également les programmes eugénistes de l’Allemagne nazie en aidant à la création et en finançant le Kaiser Wilhem Institute et ce jusqu’en 1939. Des scientifiques américains travaillaient dans cet institut et ont aidé au développement des programmes de stérilisation des populations jugées inaptes à reproduire, ainsi qu’à l’euthanasie des enfants atteints de déficience mentale.


Le financement du Kaiser Wilhem Institute se faisait depuis les Etats-Unis par l’intermédiaire d’une banque sous-traitante privée membre d’un cartel banquier dont Prescott Bush (père de George H. W. Bush, président des Etats-Unis, et grand-père de Deubeuliou, autre président américain…) était un des fondés de pouvoir.
http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/10/110910010714180066.gif

La Troisième Guerre Mondiale des Eugénistes via l'UNESCO
En 1946, Julian Huxley (frère de l’écrivain Aldous Huxley, auteur du célebre roman “Le Meilleur des Mondes”), biologiste de renom et adepte des théories galtoniennes du darwinisme-social, prit part à la création de l’UNESCO (United Nations Educational Scientific and Cultural Organization) et publia dans un texte: “L’UNESCO, ses buts et philosophie”, la ligne de conduite eugéniste de l’organisation, ligne de conduite qu’elle n’a jamais quittée depuis. Julian Huxley est considéré aujourd’hui comme le “père fondateur” du mouvement environnementaliste moderne. Il fut aussi un des créateurs du World Wide Fund for Life, qui deviendra en 1961, sous l’égide de deux autres eugénistes notoires les princes Bernhard de Hollande (ancien officier SS) et le prince Philip d’Angleterre le World Wide Fund ou WWF. Ce même prince Philippe qui déclarait vouloir revenir sur terre après sa mort réincarné en un virus mortel pour pouvoir participer à la réduction de population massive qui s’impose au monde moderne pour sa survie.

La croissance de la population mondiale, dans ce schéma erroné malthusien, y est vu comme une atteinte à la sécurité des Etats-Unis et de fait, au cartel des compagnies pétrolières, chimiques et pharmaceutiques. Depuis lors, des programmes nationaux de stérilisation ont été menés dans différents pays sous les auspices des organismes de l’ONU, tels l’UNICEF et sa comparse de l’OMS, une autre reconversion a succès de l’intention eugéniste.

Nous vous rappelons que ..... Des les années 1920 et jusqu’à la seconde guerre mondiale, une loi fédérale concernant la stérilisation obligatoire des “citoyens inaptes à reproduire” fut adoptée par 33 états des Etats-Unis, générant la stérilisation forcée de 60 000 citoyens américains. Les mesures eugénistes appliquées aux USA et en Angleterre furent louées et appliquées par la suite par l’Allemagne nazie dont l'Empereur Guillaume 11 était cousin germain avec le roi Georges V d'Angleterrre et aussi cousin avec le Tsar Nicholas 11 de Russie et aussi cousin germain avec le roi Belge Albert 1er. Ces 4 cinglés de rois cousins germains se sont amusés à la guerre à nos dépens.

CFR = autre stratège Britannique


En 1903
La maison Morgan était dans les petits papiers de la maison Windsor britannique et de la maison italienne de Savoie. Londres par Morgan contrôlait le flot d’or qui entrait et sortait des Etats-Unis. En 1904, John Moody, le fondateur de Moody’s Investor Services, dit qu’il était alors impossible de séparer les intérêts des Rockefeller et des Morgan. Les Rockefeller et les Morgan n’étaient que des “prête-noms de la Couronne Britannique!

Ce n’est pas une coïncidence si la BIS a son QG en Suisse, la cache financière préférée pour la richesse de l’aristocratie.

Le CFR exerce une influence prédominante sur le gouvernement des États-Unis, sur le congrès et sur les deux principaux partis politiques: le Démocrate et le Républicain.

Dick Cheney ex-director of CFR


La Chambre des lords

Le président du conseil d'administration de Freedom House est Bette Bao Lord, dont le mari Winston Lord servi comme président du Council on Foreign Relations de 1977 à 1985, quand il a été nommé ambassadeur américain en Chine. Winston Lord est actuellement le secrétaire adjoint pour l'Asie orientale / Pacifique Affaires (State Dept) et envoyé spécial de la Chine rouge. Rouge La Chine a récemment reçu un statut commercial NPF inconditionnelle avec les Etats-Unis en dépit du fait que plus de 10.000 dissidents chinois ont été assassinés depuis Tianemen Square. Winston Lord a écrit dans le 4-Août ll, 1978 question de «W» le magazine: "La Commission Tri Lateral ne pas secrètement diriger le monde, le Conseil des relations étrangères que ça."


Winston LORD (
Il est un membre de la société secrète de Yale Skull and Bones .) est aujourd'hui un des dirigeants du gouvernement CLINTON. Il y a quelques années, alors qu'il était président du CFR, il répondait à un de nos confrères américains qui lui demandait si vraiment c'était la Trilatérale qui menait le monde: "Pas du tout, c'est le CFR qui dirige tout".

Le Council on Foreign Relations est la branche américaine des Illuminati, son homologue britannique étant le Royal Institute of International Affairs.


Morgan est allé dans le secteur bancaire en 1857 à la succursale de son père à Londres, le déplacement à New York en 1858 où il a travaillé à l'établissement bancaire, de Duncan, Sherman & Company, les représentants américains de George Peabody & Company.......
Henry P. Davison, un associé de Morgan, parcouru en Angleterre et fait une affaire avec pour faire J. P. Morgan Et Co. le garant de monopole de obligations de guerre pour l'Angleterre et . La banque de l'Angleterre est devenue "agent fiscal"de J. P. Morgan Et Co. et vice versa. La compagnie également investie dans les fournisseurs de équipement de guerre en Angleterre et en France. Ainsi, la compagnie a profité des activités de financement et de achats des deux gouvernements européens.

Les familles Dulles (Jésuites) et Rockefeller sont cousines. Allen Dulles créa la CIA, assista les nazis, couvra l’assassinat de Kennedy de la commission Warren et fît une alliance avec la confrérie des Frères Musulmans pour créer des assassins conditionnés. Son frère John Foster Dulles fut président des trusts bidons de la Goldman Sachs avant l’effondrement de la bourse en 1929 et aida son frère à renverser des gouvernements au Guatémala et en Iran. Tous deux étaient membres de la société secrète Skull & Bones, du Conseil en Relation Etrangère (CFR) et franc-maçons au 33ème degré

En 1975, après Le coup de la Nugan Hand Bank et de la CIA contre le premier ministre australien Gough Whitlam, son successeur nommé par la couronne britannique se dépêcha d’aller aux Etats-Unis où il rencontra Gerald Ford après avoir rencontré David Rockefeller.

============================

PLUS UN SOU POUR L'UNICEF eugéniste

Beaucoup de braves gens travaillent bénévolement pour l'UNICEF, croyant sincèrement accomplir une oeuvre humanitaire. Beaucoup donnent à l'UNICEF ou au HCR, croyant sincèrement aider les pauvres. Ils ont été trompés et ne se rendent pas compte de la perversité de la direction actuelle de l'organisation qui ressemble fort à du racisme ou à du néo-colonialisme.

Il est en effet indispensable de cesser de financer toutes les organisations de l'ONU (la même recommandation peut s'appliquer à des organisations et entreprises qui financent les promoteurs de l'avortement, par exemple : Médecins sans Frontières, Microsoft, CNN, etc.)


Le FNUAP :fait ouvertement la promotion de l'avortement et de la «contraception», prétendant ainsi enrayer une explosion démographique née de l'imagination des eugénistes.
L'OMS :distribue dans le Tiers-Monde des produits abortifs sous prétexte de santé publique, souvent au mépris des lois locales. On la retrouve impliquée dans la promotion du RU 486, de la pilule du lendemain (abortive), dans le développement et les tests du «vaccin anti-grossesse» à base d'hormone anti-hcg sur des populations non informées du Tiers-Monde, sous prétexte de vaccinations anti-tétaniques.

Le HCR :est censé aider les réfugiés et les personnes déplacées pour cause de guerre ou de famine. Il profite maintenant de leur position de faiblesse pour les endoctriner : en 1999 le HCR, en collaboration avec l'OMS et le FNUAP, a publié une « Manuel de terrain sur la santé reproductive dans les situations de réfugiés » qui distille une propagande pour la stérilisation, pour l'avortement et les produits abortifs, et pour inciter à des comportements sexuels irresponsables.

L'UNICEF :collabore étroitement avec l'UNFPA dans la promotion de l'avortement et de la mentalité contraceptive ; il le fait sous prétexte d'améliorer la santé des enfants et des femmes. On retrouve l'UNICEF impliqué dans de nombreuses activités contraires aux intérêts des enfants :
dans des programmes d'«éducation» sexuelle au Salvador,
dans la distribution de millions de stérilets et drogues abortives en Chine et au Pakistan,
dans des campagnes en faveur de l'avortement, de la stérilisation et de la contraception avec des partenaires comme l'IPPF ou le Population Council (pro-avortement) ; cette coopération résulte d'un accord commun pris en 1987 à Nairobi déclarant que «des services d'avortement de bonne qualité devraient être accessibles à toutes les femmes»,
dans la production de séries télévisées pro-avortement au Nigeria,
dans sa coopération avec le FNUAP et autres organisations eugénistes dans la promotion de la stérilisation et/ou des contraceptions abortives au Kenya, au Malawi, en Jamaïque, au Cap Vert, au Népal, au Bangladesh,
dans sa coopération avec l'OMS dans la diffusion de faux vaccins anti-tétaniques contenant en réalité du «vaccin» anti-grossesse aux Philippines, au Mexique, au Nicaragua, en Tanzanie et en Inde,
dans son passage sous silence de la maltraitance des orphelins et du travail forcé des enfants en Chine communiste.


L'OIT (Organisation Internationale du Travail) publie en 1976 «Organisation du Planning Familial dans les Services Médicaux d'Entreprise» dans le cadre de la mise en place d'une politique de propagande insidieuse touchant même les pays qui rejettent le FNUAP.


Dès le début des années 1970, l’UNICEF développa des programmes de stérilisation volontaire, qui n’eurent pas le succès attendu même moyennant finance (http://www.lifesitenews.com/ldn/2002/oct/021030a.html )
Programmes de vaccination de l’OMS contre le tétanos au Nicaragua en 1993 et au Mexique en 1994 ont été des couvertures pour la stérilisation de masse des populations, de la même maniere que cela s’est également produit aux Philippines et en Thailande dans la même période.

L’UNICEF fut impliquée dans les année 1990 aux Philippines, dans un programme de stérilisation des populations par l’intermédiaire d’un vaccin anti-tétanique “contaminé” avec l’hormone B-hCG, qui administrée en vaccin, stérilise de maniere permanente les femmes inoculées. Une cour de justice des Philippines ordonna l’arrêt de la campagne de vaccination en 1995 mais après que 3 millions de femmes philippines de 12 a 45 ans aient été vaccinées et donc stérilisées à leur total insu.
L’UNICEF fut de nouveau impliquée dans une campagne de vaccination (orale cette fois ci) contre la polio au Nigéria en 2004 ayant bizarrement les mêmes caractéristiques que celle des Philippines… (http://contraception.fr/f-b0501hf.htm )


Ted Turner le milliardaire “philanthrope” déclara en 1991 dans une interview: “
Idéalement, la population mondiale devrait être réduite a 500 millions d’individus.” Ted Turner est un des financiers de l’ONU et de ses programmes. Coïncidence ?… Quant à Bill Gates, autre milliardaire “humaniste”, il est devenu avec sa Fondation Bill& Melinda Gates, le gourou de la vaccination pour les enfants des pays en voie de développement. Altruisme authentique ou agenda caché ? Pour ce faire il a déclaré au dernier meeting de Davos en Janvier 2010 que sa fondation donnerai 10 milliards de dollars sur 10 ans pour la vaccination de tous les enfants du tiers monde, sachant également que sa fondation est le financier principal du GAVI (Global Alliance for Vaccinations and Immunization) en partenariat avec l’OMS, la Banque Mondiale et les grands pontes de l’industrie pharmaceutique, qui sont connus globalement pour leur dumping vers le tiers monde de vaccins et de médicaments non testés et “contaminés” qu’ils ne peuvent pas ou plus écouler dans les pays occidentaux. La fondation Gates est également impliquée dans le développement de programmes pour l’implantation des OGM dans les pays émergents et le contrôle des semences bio et originelles.



Les 2 Premières Guerres Mondiales avaient comme objectifs inavouables de réduire considérablement la population Mondiale, au moins 150 millions d'humains y ont été sacrifiés par les classes dirigeantes et bourgeoises (en complicité) de tous les Pays. Ce GÉNOCIDE du G-200 contre leurs propres populations appauvries par leurs bourgeoisies, a continué de plus belle même après ces guerres via de nombreux Coups d'États lancés par les Britanniques et leurs alliés franco-canado-américains; et par leurs politiques internationales de ''NE PAS AIDER LES PAUVRES.... mais de faire en semblant de le faire en créant des Organismes de Charité et de Coopérations Internationales'' comme façades et tenues par des bourgeois qui empêchaient ainsi que les idéologies qui les maintenaient en place ne soient jamais remises en question; aussi en vaccinant des maladies aux populations-cibles sous le prétexte de les aider; ...... Ainsi, depuis 1945, il meurt inutilement chaque année par NON-ASSISTANCE et Dépeuplement scientifique'' plus de 150 millions de gens chaque année, et cela, afin de respecter leurs ''CROISSANCE ZÉRO'' que nos États eugénistes se sont donnés comme Projet Commun. Et c'est l'ÉGLISE CATHOLIQUE qui met en place et maintient nos Élus dans cet esprit égoïstes et satanique d'ÉLIMINER LES PAUVRES ET LES TARÉS (marginaux et les critiqueux) par tous les moyens.
http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/09/110909092627945696.gif

"Au cours du procès intenté à la CIA, le Dr Gotlieb, cancérologue, a reconnu avoir déversé, en octobre 1960, une grande quantité de virus dans le fleuve Congo au Zaïre pour le polluer et contaminer les populations qui utilisaient son eau. Le Dr Gotlieb a été nommé à la tête du National Cancer Institute."

http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/09/110909083835715469.gif

"Robert McNamara, ancien président de la Banque Mondiale, ancien secrétaire d'État des États-Unis qui ordonna les bombardements massifs du Vietnam, dit : «Il faut prendre des mesures draconiennes de réduction démographique contre la volonté des populations. Réduire les taux de natalité s'est avéré impossible ou insuffisant. Il faut donc augmenter le taux mortalité. Comment ? Par des moyens naturels : la famine et la maladie.». Et Mc Namara fut aussi instigateur du P.E.V. (Programme Élargi de Vaccination). Contrôle démographique par les vaccins (V.I.H. et autres. La vaccination est utilisée comme arme bactériologique depuis longtemps…que ce soit pour décimer des populations précises p. 125 G. Lanctôt.


Le CLub de Rome, le groupe Bilderberg, la Trilatérale, la Banque Mondiale, nos États ...... tous ont pour mandat par diverses stratégies de (1) réduire le taux de natalité; (2) d'augmenter le taux de mortalité; (3) de diminuer l'accessibilité aux soins de santé (raréfier les médecins et les infirmières.....)...... LA MAJORITÉ DES PREMIERS MINISTRES de tous les Pays en font partis.

Alexander King CMG , CBE (26 Janvier 1909 à 1928 Février 2007) était un scientifique et pionnier du mouvement du développement durable qui a co-fondé le Club de Rome en 1968 avec l'industriel italien Aurelio Pecce. King a été à l'école Highgate , et a étudié la chimie à Londres au Royal College of Science et à l' Université de Munich , puis a enseigné et effectué des recherches importantes à l' Imperial College de Londres. 1940, King faisait des recherches sur le DDT, les propriétés de l'insecticide dichloro-diphényl-trichloréthane.... et il a été invité à travailler pour le ministère de la Production qui étaitt un département du gouvernement britannique, initialement sous le ministère de titre de la production de guerre. Il était une partie essentielle de l'organisation administrative britannique qui ont contribué à la victoire sur l'Axe pendant la Seconde Guerre mondiale . Après la guerre, il devient secrétaire du Conseil consultatif sur la politique scientifique et conseiller personnel du Lord Président du Conseil , Herbert Morrison . Il est ensuite devenu conseiller scientifique en chef au ministère de la Recherche Scientifique et Industrielle. [1]

En 1957, il rejoint l'Agence européenne de productivité, à Paris, où il resta jusqu'en 1974.. Le président Lord du Conseil est le quatrième des grands officiers de l'Etat du ' Royaume-Uni , le classement sous la Lord Grand Trésorier et au-dessus du Lord du Sceau privé . Le président Lord assiste généralement chaque réunion du Conseil privé , en présentant d'affaires pour l'approbation du monarque (rois et reines d'Angleterre).


L'Allemagne nazie a posé les bases d'une politique eugéniste officielle dès 1933. Définie par un ensemble de lois et de décrets, cette politique s'est notamment traduite dans sa dimension criminelle par le Programme Aktion T4 d'euthanasie ainsi que par un vaste programme de stérilisations contraintes. On estime qu'environ 400 000 personnes furent stérilisées dans le cadre de ce programme entre 1933 et 1945. Hitler s'est notamment inspiré de l'eugénisme BRITANNIQUE et américain, notamment de The International Jew. The world's Foremost Problem de Henry Ford dans lequel étaient présentées de manière très explicite et radicale ses propres conceptions antisémites et eugénistes dans la mouvance d'un courant eugéniste américain illustré entre autres par Madison Grant. Hitler considérait ainsi en 1924 à propos des États-Unis qu'« il y a aujourd'hui un pays où l'on peut voir les débuts d'une meilleure conception de la citoyenneté »

ET LE CLUB DE ROME, LE CFR. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE, OXFAM...... CONTINUENT HYPOCRITEMENT CET EUGÉNISME INTERNATIONAL

http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/09/110909092334360568.gif

« Si la loi française interdit l'eugénisme, comme l'indique l'article 16-4 du code civil : "Toute pratique eugénique tendant à l'organisation de la sélection des personnes est interdite", en réalité, la France connait un « eugénisme de masse » dont beaucoup d'experts sont désormais conscients, notamment les professeurs Jacques Testart, Israël Nisand, Jean-François Mattéi ou encore Didier Sicard », fait observer l'ADV.

« On avance la notion de "libre choix des couples", mais peut-on parler de liberté quand la décision est dictée par la peur d'un soutien insuffisant de la société, quand on laisse croire aux familles qu'un handicap est synonyme de malheur ? » s'interroge Tugdual Derville, délégué général de l'Alliance pour les Droits de la Vie, fondateur d'un mouvement d'accueil d'enfants handicapés.

D'autres preuves que l'Attentat du 11 sept 2001 aux États-Unis était planifé et exécuté par Londres via ses nombreux Services Secrets (Mosasde, Intelligencia British...) et celui de la CIA
video

L'Église Catholique commande, et ses commanderies ''États'' exécutent

Margaret Sanger ..... Elle propose la stérilisation ou l'internement des groupes « dysgéniques et reçoit à son domicile en septembre 1930 le conseiller d'Adolf Hitler en matière raciale, Eugen Fischer. Elle défend une forme d'eugénisme négatif, qui selon elle "améliorerait l'humanité" en évitant la reproduction des êtres "indésirables". : « Toutes les misères de ce monde sont imputables au fait que l’on permet aux irresponsables ignorants, illettrés et pauvres de se reproduire sans que nous ayons la moindre maîtrise sur leur fécondité. »

HÉLAS (CES MAUDITS BOURGEOIS) ..... son action avait été saluée par Martin Luther King qui fait le parallèle entre son combat pour l'égalité raciale et celui de Sanger pour le droit à la contraception, mais aussi car elle a établi une tradition de lutte politique non-violente

Selon le 'Center for Disease Control and Prevention', le manque a gagner en termes de naissances directes d'afro-américains s'élevait a 13.850.000 en 2007 depuis la légalisation de l'avortement. Les es femmes noires représentent 14% de la population en age de procréer et 30% des avortements. Il y a chaque année 450.000 avortements dans la communauté afro-américaine.

L'Europe vit un genocide de 35 millions naissances
Il y a en effet un génocide européen de minimum 35 millions d'êtres conçus depuis 50 ans, liée à l'interruption non naturelle des grossesses.

Le mot génocide est formé à partir de génos = naissance et le suffixe cide qui vient du latin caedere = tuer. Génocide = tuer la naissance ! L'interruption de grossesse provoquée dans le but de tuer la naissance est donc un acte génocide. Génocides: mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; ....


Rappelons-nous que ..... Margaret Sanders, une femme d'extrême gauche, franc-maçonne et rosicrucienne (La rose-Croix est le volet religieux de la FM, fortement anticatholique) venant de perdre sa fille, décide d'adhérer à la secte Unity. Cette secte est aujourd'hui considérée comme celle qui a promu les idées du New-Age aux USA, en relation avec la société théosophique de HP Blavatsky et qu'Annie Besant a dirigée par la suite, tout en étant aussi présidente de la
Ligue Malthusienne en Angleterre.

Mars 1955 : Le Dr Marie-Andrée LAGROUA WEILL-HALLÉ fait une communication à l'Institut sur ce qu'elle appelle la maternité heureuse. Franc-maçonne, son souhait est de rétablir la femme dans sa vraie place et dans sa vraie dignité, et aussi d'aider les jeunes couples à assumer toutes les difficultés de la conception à la naissance. Elle publie "Dossier pour la création d'une consultation pour l'étude des problèmes de la naissance" et souhaite "satisfaire aux voeux du couple en ce qui concerne les problèmes de la naissance, du couple lui-même et de la famille ; c'est-à-dire la fécondité, la stérilité, la conception, la maîtrise de la procréation, l'acceptation d'une grossesse en cours". Elle crée l'association Maternité Heureuse.

1956 : Sous l'impulsion des loges maçonniques féminines, création avec MA Lagroua Weill-Hallé du Mouvement Français pour le Planning Familial, organisme rattaché à l'IPPF, lui-même fédéré par la Société Eugénique Américaine. Le MFPF affirme dès le départ " le désir de liberté ressenti par les femmes et les hommes qui souhaitent pouvoir décider d'avoir ou non des enfants tout en jouissant de la vie sexuelle indispensable, base de l'union des couples". Ainsi l'objectif de séparer la sexualité de la procréation est clairement affiché.

28 janvier au 5 février 1969 : Congrès International du Planning Familial à Dacca, au Pakistan. MA Lagroua Weill-Hallé est mandatée par le ministère des affaires étrangères pour représenter la France. Elle déclare au sujet des participants anglosaxons : "les conseillers du Planning Familial dans le Tiers-monde ne sont en réalité que des agents de propagande contraceptive payés à la pièce, puisqu'ils touchent selon le nombre des sujets rabattus". Pour lutter efficacement contre la natalité très forte des pays du Tiers-Monde, "plusieurs rapports avancent-ils pour la première fois un nouveau moyen pour faire baisser la natalité : l'avortement provoqué". Le Dr Malcom Potts, secrétaire général du comité médical de l'I.P.P.F., n'hésite pas à affirmer que "contraception et avortement ne sont pas compétitifs mais complémentaires". Le Dr Sushila Gore, du comité médical de l'I.P.P.F., propose un programme d'action d'urgence, hors duquel elle ne voit pas de solution, en deux temps : avortement et stérilisation, puis contraception et éducation en planning familial, l'avortement étant toujours le remède en cas : d'échec de la contraception, d'ignorance de la contraception, d'un manque d'information ou de l'absence d'un service du Planning Familial.

6 juin 1969 : Alan Guttmacher, dirigeant la branche recherche du planning familial américain (IPPF), dans Medical World News, déclare : "Chaque pays aura à décider sa propre forme de coercition, et devra déterminer quand et comment elle devrait être employée. A présent, les moyens sont la stérilisation et l'avortement obligatoires. Peut-être un jour sera-t-il possible d'imposer un contrôle des naissances". Aujourd'hui en France, le fait de tenter de dissuader une femme d'avorter est considéré comme un délit, le délit d'entrave à l'avortement !

Ils changent constamment de noms et prennent des noms trompeurs telle ''La maternité heureuse'' alors qu'ils préconisent l'avortement
Ex...... 1973 : La Société Eugénique Américaine change de nom et devient la Société pour l'Etude de la Biologie Sociale. Ses locaux sont alors occupés par le Planning Familial Anglais.


2 juin 1996 : La chaîne Arte propose une émission montrant le lien entre féminisme et sorcellerie. Certaines associations féministes voient l'avortement comme un rite initiatique, les femmes ayant subi des avortements portant au pied autant de bracelets qu'elle ont eu d'avortements. Parmi les membres citées de ces associations, on note des adhérentes du MFPF, de la Ligue des Droits de l'Homme, de la Libre Pensée, et de l'Union Rationaliste, associations amplement infiltrées par la FM (franc maçonnerie).

CARE Canada

Ce que vous êtes naïf ! A partir du moment où l'intention de détruire est ramenée à une décision individuelle, on doit donc en déduire que l'intention de détruire 220 000 embryons est prise non pas par un dictateur sanguinaire, mais par au minimum 220000 mères potentielles, auxquelles on se doit de rajouter les conjoints éventuels, les familles, les personnels médicaux, les conseillers sociaux, législateurs, magistrats, etc. L'intention n'est nullement annulée, mais elle est répartie à travers une adhésion inconsciente d'un nombre plus vaste qui fait croire à autre chose qu'un génocide, alors que cela revient exactement au même du point de vue de la définition du mot en termes de conséquences et de résultats.

Les seuls arguments des pro-avortements c'est de dire que l'embryon n'a pas de conscience

Tous les
rapports communs d'Oxfam et de Médecins sans frontières proposent une analyse détaillée des enjeux actuels de la vaccination afin que les enfants des pays les plus pauvres bénéficient d’une couverture vaccinale appropriée et financièrement abordable et que les besoins jusqu'à présent insatisfait soient pris en charge par les secteurs publics et privés.

===========================================

L'ADV indique « 5 urgences concrètes » :

1. « Plutôt que d'inscrire dans la loi la proposition systématique du DPN à toutes les femmes, il faudrait valoriser les exemples de personnes handicapées qui ont pris toute leur place dans la société.

2. Plutôt que de supprimer les fœtus atteints de spina-bifida, de trisomie 21 ou de toute autre affection, en abandonnant progressivement tout effort de recherche sur ces pathologies, il faudrait intensifier les recherches pour soigner et guérir.

3. Plutôt que de confirmer l'autorisation du bébé médicament, il faudrait systématiser le recueil du sang du cordon ombilical, qui permet d'appliquer le même traitement sans poser de problèmes éthiques.

4. Plutôt que d'élargir les dérogations à la recherche sur l'embryon, alors que ces recherches n'ont strictement rien donné au plan thérapeutique dans le monde entier, il faudrait encourager et financer les recherche sur les cellules non embryonnaires qui, elles ont fait la preuve de leurs performances thérapeutiques.

5. Plutôt que de dériver vers le fantasme du bébé zéro défaut, il faudrait reconnaitre que nous sommes tous interdépendants les uns des autres, et accueillir chaque être humain comme précieux. Car le sort que nous réservons aux plus vulnérables, mesure notre degré de civilisation.

« Oui, il n'appartient pas à l'homme d'accorder des brevets d'humanité ! », conclut l'ADV avant de publier ce témoignage de Claire, atteinte d'un spina bifida, présente à la manifestation : « Certains me disent : "je n'aimerais pas être à ta place"... Mais je ne leur demande pas de prendre ma place ! J'aime ma vie, et je ne demande pas aux autres de la vivre. Je suis bouleversée que les fœtus à qui l'on détecte mon handicap soient systématiquement avortés. C'est comme si d'autres décidaient pour moi et disaient : " ta vie ne vaut pas la peine d'être vécue".»




=============================================




D'ailleurs, il faut être deux pour concevoir. Le fait d'enfanter n'est nullement une affaire individuelle et ne peut donc pas correspondre à un droit de l'individu.

Quoique vous disiez, quoique vous pensiez de l'IVG, de sa légalité ou non, les gens qui ont envie de vivre et sont heureux se reproduisent. Pensons plutôt à donner aux hommes et aux femmes l'envie de faire des enfants, et de les élever...


Le cheval qui mange la pomme est pareil à l’arbre.
Ramtha, Enseignements choisis


C'est Londres qui les met tous en place .....
Elle nomme N.M Rothschild de Londres, Rotshschild Bank de Berlin, la banque Warburg de Hambourg, la banque Warburg d’Amsterdam, Lehman Brothers de New York, Lazard Brothers de Paris, la banque Kuhn Loeb de New York, la banque Israel Moses Seif de Rome, Goldman Sachs de New York et la banque JP Morgan Chase de New York. Schauf également cite William Rockefeller, Paul Warburg, Jacob Schiff et James Stillman

=============================



VOIR GLOBALEMENT POUR AGIR PERSONNELLEMENT
cliquez ici
SOLUTIONS
MONDIALES
....... apprendre peut être amusant ......

Cliquez ici pour des dizaines de SCOOPS

Viny Eden


lundi 12 décembre 2011

GÉNÉRAUX ET LEURS COUPS D'ÉTATS CONTRE LES DÉFENSEURS DES PEUPLES


LES CLASSES

DIRIGEANTES
DE DROITES
ASSASSINENT
LEURS
PRÉSIDENTS
LORSQU'ILS
DEVIENNENT
TROP
GAUCHISTES




Avec les Kennedys,

l'Humanité

aurait eu une chance

de vivre sans guerre

http://nsa28.casimages.com/img/2011/12/13/111213025911458427.gif
Ils brisent tout espoir

L'ALLIANCE (Monarchies civile et religieuse) décident de la seule vie que nous ayons tous
DUCS, COMTES, BARONS DE LONDRES

ÉTATS ASSASSINS ...... TEL LE G-8

http://nsa27.casimages.com/img/2011/12/05/111205092500171763.gif
John F. Kennedy dénonce les Sociétés Secrètes
IL A DÉCLARÉ CECI DANS UNE CONFÉRENCE S'ADRESSANT AUX MÉDIAS

« Notre mode de vie est attaqué. Ceux qui se font notre ennemi s’avancent autour du globe. La survie de nos amis est en danger. Et pourtant on n’a déclaré aucune guerre; aucune frontière n’a été traversée par des troupes en marche; aucun missile n’a été tiré. Si la Presse attend une déclaration de guerre avant qu’elle n’impose l’autodiscipline des conditions de combat, alors je peux seulement dire qu’aucune guerre n’a jamais posé une menace plus grande à notre sécurité. Si vous attendez une découverte de danger clair et présent, alors je peux seulement dire que le danger n’a jamais été plus clair et sa présence n’a jamais été plus imminente. Cela exige un changement de perspective, un changement de tactique, un changement de missions, par le gouvernement, par le peuple, par chaque homme d’affaires, chaque leader de travail et par chaque journal. Car nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence par l’infiltration plutôt que l’invasion, la subversion plutôt que les élections et l’intimidation au lieu du libre arbitre. C’est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine étroitement soudée et d’une efficacité remarquable, elle combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignements, économiques, scientifiques et politiques. Leurs ramifications sont occultées et non publiées. Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres, on fait taire ses dissidents, on ne les glorifie pas; aucune dépense n’est mise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé. Elle conduit la guerre froide, en bref, avec une discipline de guerre qu’aucune démocratie n’espèrerait jamais vouloir égaler… C’est pourquoi le législateur athénien décréta comme criminel tout citoyen se désintéressant du débat… Je sollicite votre aide dans l’immense tâche qui est d’informer et d’alerter le peuple américain avec la certitude qu’avec votre aide l’homme deviendra ce pour quoi il est né libre et indépendant. » - Extraits du discours de John F. Kennedy du 27 Avril 1961 à New York

DEVISE DES JÉSUITES: ''nous sommes toujours des 2 côtés'' (comme le font les traîtres)

Le serment secret des Jésuites

On sait que les Jésuites forment l'une des armées secrètes du Pape. Leur devise est bien connue: "La fin justifie les moyens," toujours "pour la plus grande gloire de Dieu" !

Le Serment satanique des Jésuites ...... "Mon fils, jusqu'à présent on t'a enseigné à maîtriser l'art de la dissimulation: à être un Catholique Romain parmi les Catholiques Romains, et même à être un espion parmi tes propres frères ; à ne croire aucun homme, à ne faire confiance à aucun homme ; parmi les Réformés, à être un Réformé; parmi les Huguenots, à être un Huguenot ; parmi les Calvinistes, à être un Calviniste; parmi les autres Protestants, à être en général un autre Protestant; à obtenir leur confiance, et même à t'efforcer de prêcher du haut de leurs pupitres ; à dénoncer avec toute la véhémence dont tu es capable notre Sainte Religion et le Pape; et même à t'abaisser jusqu'à te faire Juif parmi les Juifs, afin de pouvoir rassembler toutes les informations nécessaires à ton Ordre, en tant que fidèle soldat du Pape.

"On t'a enseigné à planter insidieusement des semences de jalousie et de haine entre les communautés, les provinces, et les États qui étaient en paix; à les inciter à commettre des actes sanglants; à les provoquer à la guerre les uns avec les autres, et à déclencher des révolutions et des guerres civiles dans des pays qui étaient indépendants et prospères ; à cultiver les arts et les sciences et à jouir des bienfaits de la paix; à te ranger aux côtés des combattants et à agir secrètement avec tes frères Jésuites qui pourraient être engagés dans la partie adverse, tout en étant ouvertement opposés à la cause que tu défends; pour la seule raison que l'Église puisse toujours être du côté des vainqueurs, dans les conditions fixées dans les traités de paix, et parce que la fin justifie les moyens.


"On t'a enseigné à travailler comme un espion, à recueillir tous les faits, statistiques et informations qui sont en ton pouvoir, de toutes les sources possibles; à gagner la confiance des Protestants et des hérétiques de toutes sortes, jusque dans leurs familles ; à gagner la confiance des commerçants, des banquiers, des avocats, de ceux qui travaillent dans les écoles et les universités, dans les Parlements et les législatures, dans les tribunaux et les Conseils d'État, et dans toutes les institutions des hommes, au profit du Pape, dont nous sommes les serviteurs jusqu'à la mort.

............... "Je déclare aussi et je promets que je n'aurai jamais aucune opinion ni volonté personnelles, aucune réserve mentale, même jusqu'à la mort (perinde ac cadaver), mais que j'obéirai sans hésiter à tous les commandements que je pourrai recevoir de mes supérieurs dans la milice du Pape et de Jésus-Christ ; que j'irai dans toutes les parties du monde où je serai envoyé, dans les régions glacées du Nord, dans les jungles de l'Inde, dans les centres de civilisation de l'Europe, ou dans les endroits sauvages où vivent les tribus barbares de l'Amérique, sans murmurer ni me plaindre, mais en étant soumis dans toutes les choses qui m'auront été communiquées.

"Je m'engage à toujours voter pour un Chevalier de Colomb (NDE: Knight of Colombus, Ordre secret Catholique), de préférence à un Protestant, et surtout à un Franc-Maçon, même s'il faut quitter mon parti pour cela; si deux Catholiques s'affrontent dans une élection, je voterai pour celui qui défendra le mieux notre Mère l'Église. Je ne conclurai aucun contrat, ni n'emploierai aucun Protestant, s'il est en mon pouvoir d'employer, ou de faire affaire avec un Catholique. Je m'efforcerai de placer des jeunes filles Catholiques dans des familles Protestantes, pour recevoir chaque semaine un rapport sur les activités privées de ces hérétiques. Je me fournirai les armes et les munitions nécessaires, pour pouvoir les utiliser quand on me le demandera, ou quand je recevrai l'ordre de défendre l'Église, soit en tant qu'individu, soit avec la milice du Pape.

..... suite du serment abominable .....

"Tout cela, moi, … , je jure, au nom de la Sainte Trinité, et du Saint sacrement que je vais maintenant prendre, de l'observer, selon le serment que je prononce. En témoignage de quoi, je prends ce très Saint sacrement de l'Eucharistie, et confirme mon témoignage par mon nom écrit à la pointe de cette dague, trempée dans mon propre sang, en le scellant en présence de ce Saint sacrement."

(Il reçoit ensuite l'hostie (le dieu galette) du son Supérieur, et écrit son nom à la pointe de sa dague, trempée dans son propre sang, après l'avoir prélevé au-dessus de son cœur).

L'Opus Dei (réside à Londres) a sans doute pris la succession de l'Ordre des Jésuites, comme fer de lance de la Contre-Réforme engagée par Rome. Nous espérons avoir l'occasion de vous présenter un jour plus en détail l'organisation et les activités de l'Opus Dei.

Jean-Baptiste Janssens avait un plan, qui consistait à éliminer le plus grand nombre possible de bouddhistes, car ces derniers étaient depuis toujours les ennemis des jésuites. Quand les Jésuites investirent le Japon en 1873, que firent-ils ? Ils déclarèrent hors-la-loi la religion bouddhiste et firent en sorte que le gouvernement du Japon ne la tolère plus.

Souvenez vous, en effet : à l'origine, la CIA fut fondée par Reinhard Gehlen, un ancien général nazi, le plus sinistre de tous les généraux d'Hitler.


SMOM (Gt Britain) Queen "GUELPH" Elizabeth II

The members of the Sovereign Council and senior officers of the Grand Magistery received in audience by his Holiness Pope John Paul II


Ces officiers du Pape dirige les sous-Ordres (chevaliers de Colomb.....)

dimanche 11 décembre 2011

GÉNÉRAUX TOUS EUGÉNISTES..... IL S S'ENTENDENT ENTRE EUX POUR JOUER AUX PAYS AMIS OU AUX PAYS ENNEMIS DANS LE BUT DE DISCIPLINER LEURS CITOYENS ET DEP

ASSASSINATS DES KENNEDYS ---- par le Gouvernement des États-Unis et Londres

http://nsa27.casimages.com/img/2011/12/12/111212121849468599.gif

CRIMINELS IMPUNIS


Depuis, de nombreux livres et documentaires ont apporté des éléments soutenant l'hypothèse selon laquelle Johnson aurait fait partie des commanditaires du meurtre de John F. Kennedy. C'est également l'opinion de l'épouse de ce dernier, Jacqueline Kennedy. Johnson était en effet impliqué dans pas moins de quatre enquêtes criminelles. Celles-ci furent classées après l'accession de Johnson à la présidence.


La famille Johnson est d'ascendance écossaise-irlandaise et anglaise.

Il reçoit son premier brevet de franc-maçon le 30 octobre 1937.


Johnson sert lors de la Seconde Guerre mondiale en tant que lieutenant commander (capitaine de corvette) dans la Marine et est décoré de la Silver Star (étoile d'argent), de la médaille de la campagne dans le Pacifique Sud et de la médaille de la Victoire... Cependant, les circonstances durant lesquelles il aurait « gagné » cette récompense sont controversées....


CONSPIRATEUR CHEF MILITAIRE

AU SERVICE DE LONDRES


En 1948, Lyndon B. Johnson se présente de nouveau au Congrès et, cette fois ci, est élu. Mais il faut remarquer que les résultats de cette élection furent aussi très discutés. Bien qu'il ait remporté l'élection générale avec une majorité écrasante, il n’avait gagné l'élection primaire que par 87 voix sur un million de suffrages exprimés. Une plainte est officiellement déposée, mais Johnson engage Abe Fortas pour le représenter devant la cour fédérale. Grâce à des manœuvres légales, Fortas parvient à interrompre l'enquête. Une fois arrivé au Sénat, il est affecté au Comité des forces armées, et plus tard, en 1950, il participe à la création du Sous-comité d'enquête sur la mise en état d’alerte des forces armées. Johnson en devient le directeur et dirige plusieurs enquêtes sur les coûts et l'efficacité de la défense américaine. Ces investigations lui valent l'attention nationale ainsi que le respect de ses aînés au Sénat.


LYNDON LE SABOTEUR


Le succès de Johnson au Sénat fait de lui un candidat démocrate potentiel pour les primaires des présidentielles de 1956. Il est le « fils préféré » du Texas lors de la convention nationale du parti en 1956. En 1960, après l'échec de la coalition appelée Stop Kennedy que celui-ci a formé avec Adlai Stevenson, Stuart Symington, et Hubert Humphrey, Lyndon B. Johnson obtient 409 voix lors la convention démocrate, mais c'est John F. Kennedy, sénateur du Massachusetts, qui est élu après ballottage.


... l'arnaque ''apollo'' ...

Johnson savait que le programme Apollo et l'élargissement de la NASA étaient indispensables comme diversions, donc il a piloté la recommandation vers un programme pour l'atterrissage d'un Américain sur la Lune. Sous l'influence de Johnson, les États-Unis explorent mensongèrement l’espace dans le cadre d'un programme qu’il a soutenu dès ses débuts. Lorsque trois astronautes du programme Apollo font le tour de la Lune en décembre 1968, Johnson les félicite en disant : « Vous nous avez emmenés... nous tous, tout autour du monde, dans une nouvelle ère… ».


En août 1963, Johnson a été touché par un scandale au Sénat quand Bobby Baker, le secrétaire de la majorité au Sénat et un protégé de Johnson, firent l'objet d'une enquête par le Comité d'éthique du Sénat pour des allégations de corruption et malfaisance financières. Baker a démissionné en octobre, et l'enquête s'arrêta à Johnson. La publicité négative de l'affaire s'alimentant de rumeurs dans les milieux de Washington que Kennedy décida de laisser tomber Johnson, le rayant de la liste démocrate à la prochaine élection présidentielle 1964.


IL FIT ASSASSINER Martin Luther King


Un mois après la publication du rapport, l'assassinat de Martin Luther King provoqua des émeutes dans plus de cent villes

Johnson renforce constamment l'effort de guerre entre 1965 et 1968, ce qui entraîne la mort de milliers de soldats américains, et peut-être 60 fois plus de soldats vietnamiens (les estimations vont de 500 000 à 4 000 000). L'escalade militaire, bien que significative, n'est jamais suffisante pour faire pencher la balance sur le plan militaire. La présidence de Johnson est très vite dominée par la guerre du Viêt Nam. De plus en plus de soldats américains meurent au Viêt Nam....

Des manifestants lui disent :

(« Hé, hé, LBJ, combien d’enfants as-tu tué aujourd’hui ? »)


=========================================


Extraits tirés du film : JFK, VERSION COMPLÈTE

Enquête Garrisson

Jim Garrisson, procureur de la Nouvelle-Orléans, Louisiane

Son enquête

Animé par la Commission Warren qui lui semblait très mal organisée, Jim Garrisson voulait que la vérité soit rendue au peuple américain au sujet de l'assassinat de leur président, un dossier qui dépassait sa juridiction. Mais il devait partir à zéro, trouver des témoins, les interroger, trouver des coupables et leur intenter un procès et les faire condamné. C'était le seul moyen d'invalider la Commission Warren et de réouvrir l'enquête. Garrisson s'entoure des ses meilleurs enquêteurs et avec eux, mène une enquête non publique.

Dans un premier temps, il fallait déterminer les fréquentations du présumé meurtrier, Lee Harvey Oswald afin d'obtenir le maximum d'informations à son sujet. L'équipe Garrisson a vite constaté que le nom qui revenait le plus souvent dans les fréquentations d'Oswald était un certain David Ferrie, qu'il connaissait personnellement. Il l'a convoqué et l'a interrogé. Il demande à Ferrie s'il connaît Lee Harvey Oswald. Ferrie nie. Quand Garrisson a établi que novembre 1963, David Ferrie était en route pour le Texas, ce dernier s'est mis à se contredire plusieurs fois sur une certaine chasse à l'oie qui devait avoir lieu avec des amis, si bien qu'il envoyait Ferrie au FBI pour enquête approfondie. Le FBI le relâche rapidement. Premier échec de l'enquête Garrisson.

En été 1963, Oswald a été vu dans les rues de la Nouvelle-Orléans donner des tractes favorisant Cuba. Une brève échauffourée éclate avec quelques exilés cubains qui le croyait anticastriste. Cette escarmouche en a résulté à une invitation pour un débat télévisé qu'Oswald accepte. Revenons cependant aux tractes. Il y avait l'adresse du 544 rue Camp. Or, sur la rue qui croisait la rue Camp, la rue Lafayette, se trouvait les bureaux du détective privé Guy Bannister, au 531 rue Lafayette. Ces deux adresses étaient du même immeuble, mais deux adresses différentes qui menaient au même endroit. Garrisson connaissait bien Bannister, il déjeunait régulièrement avec lui. Il était impossible par contre d'interroger Bannister, lui qui était décédé d'une crise cardiaque, en juin 1964.

Bannister, un anticommuniste, travaillait dans les services de renseignements de la Marine avant avoir été membre du bureau du FBI de Chicago et à sa retraite, il est venu pratiqué dans le privé, dans la Nouvelle-Orléans. Mais le plus étrange, c'est qu'à proximité de son bureau se trouvait l'ONI, le FBI et la CIA. C'est en endroit plutôt étrange pour un type comme Oswald, qui était reconnu communiste. Un assistante de Bannister, un certain Martin, a confié à Garrisson qu'il avait vu dans les bureaux de Bannister, Lee Harvey Oswald, David Ferrie, plusieurs exilés cubains ainsi qu'un certain Clay Bertrand. Malgré que les bureaux de Bannister soit au coeur du quartier des services secrets de la Nouvelle-Orléans, on y observait fréquemment des déplacements d'armes et de munitions sans que jamais personne n'ait à répondre de ce trafic. Ces armes étaient destinées à un camp de mercenaires que dirigeait Bannister mais dont David Ferrie en était entraîneur et ils travaillaient à s'exercer pour l'opération Mangouste, qui visait à refaire l'invasion de Cuba, que Kennedy avait refusé de faire suite au désastre de la Baie-des-cochons. Garrisson concentrait donc ses recherches sur ce Clay Bertrand, maintenant, et va voir un ami avec qui il a fait son droit, Dean Andrews, un avocat, qui avait déjà eu des communications brèves avec Bertrand.

Andrews lui dit qu'après l'assassinat de Kennedy, Clay Bertrand lui a téléphoner pour lui demander d'assurer la défense d' Oswald, ce qu'il a refusé. Mais s'il s'est contrarié en disant au FBI qu'il avait déjà vu Bertrand et qu'il mesurait 6'2 et qu'à la Commission Warren, il a dit qu'il mesurait 5'8, c'est parce qu'il avait reçu des pressions et que la vérité était qu'il ne savait pas de quoi avait l'air Bertrand, qu'il ne faisait que lui donner des causes à l'occasion. Mais Garrisson avait les moyens de prouver que Bertrand et Andrews se sont rencontré. Andrews n'a jamais voulu indiquer qui est Bertrand, craignant pour sa vie.

Garrisson trouve une autre personne qui connaît Bertrand. Un certain Willie O'Keefe emprisonné pour prostitution. O'Keefe a admit avoir rencontré Clay Bertrand dans un bar et Ferrie pour la première fois chez Bertrand et en compagnie d'un autre garçon, ils ont eu entre eux des relations sexuelles. Il a connu Lee Harvey Oswald et plusieurs cubains chez Ferrie alors qu'ils s'y trouvait en compagnie de Bertrand. Il affirme que tous, sauf Oswald, avaient encore fait la fête sexuellement entre eux, ce soir-là. O'Keefe a affirmé aussi qu'il a été question de l'assassinat de Kennedy, que David Ferrie est le cerveau qui a imaginé le tir en position triangulaire. Selon eux, comme Kennedy voulait cesser la guerre froide, reconsidérer la position américaine sur les Russes et comme il refusait d'envahir Cuba et qu'il voulait retirer les troupes américaines en lutte contre le Vietnam communiste, ils en ont donc déduit que Kennedy était lui-même un communiste et c'est la raison pour laquelle il fallait se débarrasser de lui. O'Keefe avait aussi cette vision de Kennedy parce qu'il a déclaré que l'élections serrée qui a permis à Kennedy de l'emporter sur Nixon démontre qu'elles étaient truquées et elles ont privé le pays d'un grand président et que la mort de Kennedy était un très grand jour pour l'histoire des États-Unis. Finalement, au sujet d'Oswald, O'Keefe a dit qu'il n'y était absolument pour rien dans l'assassinat du président.

L'équipe Garrisson n'en fini plus de faire des découvertes. En effet, en 1961, Lee Harvey Oswald, aurait acheté des camions au nom du groupe "Les amis pour la démocratie pour Cuba" qui avait comme haut responsable, Guy Bannister. Ce dernier utilisait donc le nom d'Oswald pour acheter des camions alors que Oswald lui-même, vivait en Russie à cette époque. Le faux Oswald allait régulièrement s'exercer au tir et il adorait tirer sur les cibles des autres. Quand les propriétaires des cibles en questions le surprenait, il s'excusait en disant qu'il était en train d'imaginer qu'il tirait sur John F Kennedy. Il y avait donc maintenant deux Lee Harvey Oswald. Jim Garrisson a trouvé interprété ces détails comme quoi la Commission Warren a tout mis en oeuvre pour faire passer Oswald comme un communiste. Et ça se tient, parce que comme le président avait l'air à vouloir cesser la friction avec les communistes, le fait qu'il soit abattu par un communiste aurait fait resurgir la fièvre gouvernementale de combattre le communisme en Russie, à Cuba et au Vietnam.

On sait qu'Oswald a quitté les Marines sous prétexte que sa mère était malade. Trois jours plus tard, il s'envole pour la Russie où il avait un amour pour la vie socialiste. Là-bas, il disparaît 10 semaines, probablement avec le KGB. Il mène la grande vie, a des aventures avec des femmes à plusieurs occasions. Il rencontre beaucoup de personnes qui trouve étrange un américain qui choisir devenir citoyen russe. Il rencontre une femme, Marina, qui, six semaines plus tard, devenait sa femme et un an plus tard, ils ont un premier enfant, une fille. On présume que si Oswald menait la grande vie en Russie, c'est parce qu'il a vendu des secrets de la Marines aux russes. Parce que six mois après son arrivée, un appareil U-2 réputé non repérable piloté par un certain Gary Powers est abattu au-dessus de la Russie. Il soutien que Oswald devait certainement pu donner assez de détail aux russes pour leur permettre de l'abattre. C'est cet événement qui a fait couler le sommet de la paix entre le président Eisenhower et Kroutchev. On a commencé alors à penser que certains généraux de l'armée ne voulaient pas de cette paix et que Lee Harvey Oswald était un rouage dans le projet de faire saboter ce sommet. Lorsque Oswald revient au pays, le ministère des affaires extérieures lui délivre un passeport en 48 heures, il n'est aucunement interrogé et ne subit aucune accusation de trahison. Quant à sa femme, elle est sûrement l'une des citoyennes russes a avoir eu le moins de difficultés à quitter la Russie. Toutes ces coïncidences sont très bizarre. C'est à se demander si Oswald n'était pas en réalité en mission secrète pour le gouvernement américain.

On tente de retrouver deux témoins, Lee Bowers, qui affirmait avoir vu des hommes curieux se tenant derrière la clôture donna sur la rue où Kennedy a été abattu. Bowers est mort d'un accident d'automobile, seul, dans une route isolée du Texas. On tentait aussi de retrouver une pute qui vendait de la drogue pour un certain proxénète du nom de Jack Ruby qui avait été vu plusieurs fois avec Oswald. Elle a été retrouvé mort assassinée, sur le bord d'une route. Un danseuse de Ruby a confirmé avoir déjà vu son patron en compagnie d'Oswald et d'un autre homme qui avait de gros sourcils. Il a été établi plus tard qu'elle parlait de David Ferrie. Ensuite, ils rencontrent une témoin de l'assassinat prénommée Julia qui certifie à Garrisson que la copie de son interrogation était fausse et que la signature qui s'y trouvait n'était pas la sienne. Tout ça, pourtant, a été gobé par la Commission Warren.

L'équipe Garrisson a tenté de voir les rapports d'impôts d'Oswald. Le gouvernement leur ont refusé, prétextant que ce sont des documents classés. C'était la première fois qu'une demande d'un tel document était refusé. On a ensuite tenté d'avoir le dossier du FBI concernant Oswald qui ont été présentés à la Commission Warren. 1 200 documents en tout. Le gouvernement refuse à nouveau, jouant la carte de la sécurité nationale, cette fois.

L'équipe de Garrisson observe une déclaration que Lee Harvey Oswald a faite lorsqu'il fut interrogé par le capitaine Fritz au quartier général de la police. Ce dernier lui demandait si c'était bien sur une photographie retrouvé dans le garage de l'amie de sa femme, en tenu de combat, tenant des tracts communistes. Oswald a affirmé que la photo était truquée. Trois mois après l'assassinat de Kennedy et du sien, la photographie en question paraissait en page couverture du magasine Life. Faire valoir Oswald comme communiste aidait bien à s'assurer que le pays le déteste profondément et qu'il jure qu'il est coupable.

Un des plus important enquêteur de l'équipe Garrisson arrive avec une nouvelle qui allait enfin ouvrir des portes à des accusations et peut-être pouvoir fracassé la Commission Warren. On a identifié qui était Clay Bertrand. En fait, Clay Bertrand est un nom d'emprunt qu'utilise Clay Leverne Shaw, un important industriel fort connu de la Nouvelle-Orléans. L'équipe Garrisson n'en revient tout simplement pas qu'un type aussi bien réputé puisse avoir un lien direct sur la mort de Kennedy. La source de cette information est demeurée secrète, mais il s'agirait d'une révélation vraisemblablement d'un certain Perry Russo.

L'arme d'Oswald, quand elle fut retrouvée, fut envoyé au FBI afin d'y faire prélever des empreintes. L'arme revient une semaine à Dallas avec un rapport dans lequel le FBI affirme ne pas avoir retrouvé d'empreintes. Cependant, la police de Dallas en retrouve une. On a pensé que quelqu'un ait pu aller à la morgue pour coller la paume de la main du cadavre de Oswald sur l'arme mais celui-ci a été enterré moins d'une semaine après son assassinat, le lendemain de celui du président.

Le FBI a fait faire un test de tir avec l'arme de Oswald par ses meilleurs tireurs d'élite. Aucun d'eux n'a réussi à égaliser la performance d' Oswald alors que ce dernier était considéré comme un tireur ordinaire chez les Marines. Selon la Commission Warren, Oswald a tiré trois coups de feu en 3.6 secondes avec une précision remarquable, sans prendre le temps de concentrer sa mire, avec une arme qui n'est même pas automatique. Entre chaque détonation, il faut compter un minimum de 2 secondes pour réarmer le Carcano de Oswald. De plus, la lunette d'approche de l'arme était défectueuse. 3 coups de feu en 3.6 secondes ?

Enfin, Jim Garrisson obtient une entrevue secrète avec Clay Shaw. On lui demande s'il connaît David Ferrie. Négatif. On lui demande s'il connaît Lee Harvey Oswald. Négatif. On lui demande s'il connaît Willie O'Keefe. Pour une troisième fois, Shaw répond à la négative. Garrisson, cependant, lui indique que ces trois personnes-là ont affirmé l'avoir rencontré. Il se défend en disant que la Nouvelle-Orléans fourmillent de fou et de jaloux. Lorsqu'on lui demande s'il connaît un certain Clay Bertrand, Shaw répond qu'il croit connaître quelqu'un de ce nom à la Chambre de commerce. Garrisson aborde un article d'un journal Italien qui indique qu'il été membre du conseil d'administration d'une entreprise montée par la CIA dans laquelle il y avait des transferts de fonds pour financer l'espionnage politique. L'entreprise a été bannie de l'Italie pour cette raison. Shaw répond être au courant de cette article et songeait à entreprendre des poursuites pour diffamation. Cette même compagnie aurait des liens avec une autre entreprise en Louisiane et servirait à approvisionner David Ferrie et ses cubains pour l'achat d'armes. Shaw se dit victime de jaloux car il est le fondateur de l'importante foire du commerce qui est un événement majeur et que des hommes d'affaires jaloux tentent de le discréditer. Quand finalement Garrisson lui demande s'il a déjà travaillé sous contrat avec la CIA, Shaw répond que non, que si c'était le cas, il ne serait pas en train de discuter avec lui. Shaw se dit aussi attristé du meurtre de Kennedy car il est un ardent défenseur de ce pays et que Kennedy ne voulait que la paix pour son pays. Garrisson était certain, après cette entrevue, qu'il détenait un organisateur du complot dans l'assassinat de Kennedy.

Immédiatement après cette entrevue, l'enquête de Garrisson éclate au grand jour dans tous les journaux du pays. Selon eux, Clay Shaw a avisé les médias mais en se citant au nom de David Ferrie comme informateur, ce qui allait provoquer une mise à prix de la tête de Ferrie. Paniqué, Ferrie prend contact avec Garrisson et est informé que l'information a probablement été lancé par Clay Shaw. Lorsque Garrisson a demandé à Ferrie de qui il avait peur exactement, Ferrie avoue qu'il a peur de tout, même de lui-même, mais ceux qui craignaient le plus, c'était la filière cubaine. Il a affirmé que la CIA ne rigole pas. Il a aussi admit avoir connu Oswald, contrairement à ce qu'il avait dit lors de sa première interrogatoire par Garrisson. C'est Ferrie lui-même qui avait entraîné Oswald. Ferrie a admit être dans la CIA et ne pas pouvoir en sortir, que ceux qui y sont, ce n'est plus Dieu qui décide s'ils restent en vie ou non, mais l'Agence. Il a indiqué aussi que Shaw, Oswald et les cubains y étaient aussi, même la police de Dallas jusqu'à Jack Ruby, un tenancier de boite de nuit et proxénète qui encaissait pour la pègre de Dallas qui revendait des armes à Castro. Ferrie dit ne pas savoir qui exactement a tiré sur le président mais que s'il en parle, il craint pour sa vie et recommande aussi à Garrisson et son équipe de bien faire attention, qu'ils pourraient bien les avoir eux aussi. Garrisson avait eu cette même avertissement de Dean Andrews et de Jack Martin, qui, lui aussi, avait affirmé que des armes étaient destinés à Castro.

Dès ces affirmations, il y avait discussion dans le bureau de Garrisson pour que David Ferrie soit protégé, même si Garrisson n'avait pas de budget pour cela. Mais avant même qu'on clos le sujet, l'un des enquêteurs trouve des micro dans le bureau du Procureur général de la Nouvelle-Orléans, ce qui indiquait que le gouvernement commençait peut-être à s'inquiéter. C'est alors que Lou Ivon annonce à son chef, Garrisson, que David Ferrie est mort.

Au domicile de Ferrie, on retrouve deux lettres de suicide lettres non signée de Ferrie qui pourtant, avait peur de mourir. Il n'y avait pas de traces de violence sur le corps de Ferrie. On apprend au même moment que le meilleur ami cubain de Ferrie a été retrouvé mort, dans sa voiture, poignardé, une balle en plein coeur et le crâne fendu en deux. La cause de Garrisson venait presque de tomber car il ne reste plus de témoins crédibles pour lui. Il ne peut pas se fier sur la crédibilité de O'Keefe, un homosexuel prostitué et Jack Martin, un ivrogne, entre autre, pour condamner un homme réputé et respecté comme Clay Shaw. On trouve finalement un tube de proloïde dans le logement de Ferrie, un médicament sur ordonnance qui sert à stimuler le métabolisme alors que Ferrie était au contraire, en hypertension. Le médecin sur place dit que si un homme en hypertension prend du proloïde, c'est la mort à coup sûr, par crise cardiaque ou par anévrisme au cerveau, bien qu'il soit difficile d'en déceler des traces durant l'autopsie si on ne scrute pas la moelle épinière. Quand l'autopsie fut pratiquée sur le corps de Ferrie, on conclu qu'il est décédé d'un anévrisme au cerveau. Garrisson avait donc raison, il est inconcevable qu'un homme qui a peur de la mort laisse deux lettres de suicide sans les signer et se tue sans laissé de trace. Ferrie a donc été tué par quelqu'un.

Les aptitudes de Ferrie en matière d'aviation laisse croire que le niveau d'implication de Ferrie le jour de l'assassinat de Kennedy était d'aider les tireurs à fuir Dallas immédiatement après l'assassinat. Ferrie a été enterré avec les secrets, les réponses.

Peu de temps après, Garrisson est appelé à se rendre à Washington, qu'un informateur désirait le voir mais qu'il ne voulait pas se déplacer à la Nouvelle-Orléans. Les récents événements faisaient craindre de l'équipe qu'il s'agisse d'une façon d'attirer Garrisson pour le tuer mais celui-ci décida d'en courir le risque. C'est alors qu'il rencontre un ancien chef des opérations secrètes, des opérations "noires" qui n'a jamais voulu s'identifier. Ce qu'il s'apprêtait à confier à Garrisson était, jusqu'à ce jour, top secret.

Ce militaire était en Nouvelle-Zélande, sur la route du retour d'une mission au Pôle Sud, quand le président a été assassiné. À 19 heures, heure de Dallas, on accusait formellement Oswald d'avoir tué le policier Tippit, ce qui veut dire à 14 heures le lendemain, à l'heure de la Nouvelle-Zélande. Seulement, là-bas, les journaux racontaient qu'un certain Lee Harvey Oswald avait tué le président, on fournissait une biographie complète d'Oswald, des détails alors qu'à Dallas, on l'accusa du meurtre de Kennedy quelques heures plus tard. C'est alors qu'il s'est demandé ce qu'il faisait en Nouvelle-Zélande en train de remplir une mission que beaucoup aurait pu remplir à sa place quand sa véritable mission aurait été d'être à Dallas ce jour-là pour garantir une sécurité accrue au président puisqu'il se trouvait dans une région des États-Unis qui déjà lui était hostile.

Parce que s'il avait été là, même s'il a fait une journée merveilleuse à Dallas, il n'aurait jamais permis que la limousine se promène sans bulle anti-balles, surtout pas dans un endroit comme Dallas. Il aurait sans hésiter placé 200 hommes sur le terrain, il serait arrivé des jours à l'avance pour étudier le parcours, vérifier les immeubles, il n'aurait jamais accepté toutes ces fenêtres vides et grandes ouvertes qui donnent sur la rue Dealey. Les tireurs d'élite auraient couvert le secteur et si jamais une fenêtre s'était ouverte, ils auraient bondi sur leur radio pour boucler l'immeuble. Ils auraient surveillé la foule, les paquets, les journaux roulés et les manteaux pliés sous le bras. Ils n'aurait jamais permis à un homme d'ouvrir un parapluie le long du parcours. Mais ce qui s'est passé ce jour-là a été une violation du code de protection les plus élémentaires. Ça sentait le complot.

4 minutes après qu'on ait tiré sur le président, tout le réseau de téléphone de Washington tombait en panne durant une heure pour éviter que des fausses histoires ne se répètent si le plan venait à échouer. Tout avait été pensé, il ne fallait pas que Kennedy s'en tire vivant. Personne ne peut mener un tel projet s'il n'a pas la participation des services pour lesquelles il travaillait et c'est là qu'il a fait un lien entre l'événement et sa soudaine mission au Pôle Sud. Ce chef des opérations secrètes en avait assez d'entendre parler du qui et du comment au sujet de l'assassinat. Il voulait entendre parler que du pourquoi. Quant au qui, est-il vraiment nécessaire de savoir qui a tiré sur le président et de quelle toiture ? Ou bien le qui ne serait-il pas de savoir qui a le plus profiter de cet assassinat et qui avait le pouvoir de tout dissimuler. Qui ? On voit bien qu'il visait directement Lyndon Johnson, le nouveau président.

En mars 1963, Kennedy annonce d'importantes coupures budgétaires qui touchaient particulièrement la CIA. De plus, ses intentions de vouloir terminer la guerre froide avec les russes, celle de ne plus vouloir envahir Cuba et se retirer du Vietnam mettait fin, s'il y arrivait, à une valse de plusieurs milliards de dollars.

Bell Hélicoptère, par exemple, fournissait l'armée durant la guerre du Vietnam où 3 000 appareils furent abattus. Bell était presqu'en faillite lorsque la First National Bank de Boston propose à la CIA de développer un type d'hélicoptère. Bell en aurait retiré le contrat.

Le 26 novembre, le lendemain des funérailles de Kennedy, Lyndon Johnson renverse les politiques de retrait du Vietnam avant la fin de 1965 mis en place par Kennedy et donne le feu vert aux activités secrètes de l'armée au Vietnam.

De retour chez lui, Garrisson constate que lui et sa famille font de plus en plus l'objet de menaces. Une campagne de discrétion sur lui-même s'amorce. Des gens qu'il avait fait condamné ont dit l'avoir vu promettre à Willie O'Keefe une libération en échange de son témoignage contre Clay Shaw et David Ferrie qu'il a vu en train de discuter de la façon de tuer Kennedy. Garrisson dit être en mesure de faire condamné Clay Shaw même si son nom ne figure dans aucune page des 26 volumes produits par la Commission Warren. Quant à Warren, il ne se disait pas inquiet, puisque Garrisson ne prouvera rien de plus que sa commission.

Garrisson était armé d'un autre argument solide juste avant de se présenter en cour, car il venait de faire arrêter Clay Shaw pour conspiration et complices avec d'autres personnes pour le meurtre du président américain John F Kennedy. Il obtient une copie d'un télex reçu par le bureau du FBI de la Nouvelle-Orléans, datée du 17 novembre 1963 dans laquelle un certain Lee Harvey Oswald avise qu'un groupe de paramilitaire révolutionnaire s'apprête à tuer le président lorsqu'il sera à Dallas, le 22 suivant. Garrisson a mit la main sur une copie de cette lettre qui lui a été remise par William Walter, le commit de service du soir au FBI de la Nouvelle-Orléans et pourtant, même si le télex avait été envoyé partout au pays, peu de temps après la mort de Kennedy, le télex a disparu de tous les dossiers de tous les bureaux du FBI au bureau car une telle preuve devenait trop lourde à porter.

Ce que je reproche au film c'est que le procureur traîne en cours une seule personne et pas LA CIA ni le Gouvernement et non plus LYNDON JOHNSON ...... la reine Élisabeth 1 et le prince Philip ont des comptes à rendre et.....